Le 02/07 à POUPET (85)

Le 09/07 à CANDE SUR BEUVRON (41)

Le 16/07 à PASSY (74)

Document sans titre
 
SUR LA ROUTE DEPUIS 30 ANS
JPEG - 30.8 ko
 
 
 
 
 
 

22 avril 2016
sortie du 5ème album « A poil les filles ! car la vie est bien trop belle quand vous êtes… »

Novembre 2013
sortie de « Les rois du bord de mer »

Décembre 2010
sortie du « 25cm »

2007
on reprend la route de façon régulière et durable

2006
concert à l’occasion de l’ouverture du Zénith de Nantes

2002 ou 2001
(je ne sais plus) réformation pour les 20 ans d’EV à l’Olympic de Nantes

1993
pause bien méritée

1992
sortie de « La vie n’est pas une opérette »

1991
sortie de « Je vais encore dormir tout seul ce soir… »

1990
sortie de notre « 30cm » en avril - disque d’or en septembre - double disque d’or en décembre à l’Olympia à guichet fermé - Victoire de la musique pour le groupe de l’année

1989
carton au printemps de Bourges en découverte avec notre LP 4 titres et les fameux autocollants à l’intérieur « Elmer Food Beat vous souhaite un bon pipi »…

21 juin 1986
notre première apparition en public dans les rues de Nantes. Et nos débuts à Piriac sur mer…

 
 
   
 
  BIENTOT TRENTE ANS  
     

Le 21 juin 2016 Elmer Food Beat aura 30 ans. Quel bel âge ! Quel bel avenir !

Après 1 million de disques vendus (4 albums et 2 autoproduits, un Live et quelques compiles), des disques d’or et de platine, l’Olympia à guichet fermé, une victoire de la musique, plus de 900 concerts (de 20 à 20 000 personnes), des millions de kilomètres parcourus et des milliers de filles aimées, nous sommes là…
Toujours aussi heureux sur scène !

Nous allons donc lui faire sa fête, à Elmer… Tout au long de l’année 2016 avec plein de concerts et deux dates événements en juin à Nantes et à Paris.

Et tout naturellement nous sortons le 22 avril, notre 5ème album « A poil les filles ! Car la vie est bien trop belle quand vous êtes… ». Une pure bombe atomique réalisée par Damny (Pungle Lions, La Phaze) mélangeant de façon subtile l’ancien et le moderne. Tout en respectant l’esprit de nos chansons pop-rock, joyeuses et un peu débiles (comme nous), il a apporté sa touche djeune avec des arrangements et un son de folie. Le mélange est super réussi. Et, cerise sur le gâteau, tout ça dans un studio avec plein de micros et des casques et des pupitres comme à la télé quand on voit des documentaires sur des grosses vedettes qui enregistrent leur disque. Avec des ingénieurs du son hyper balaises avec plein de boutons et plein de fils partout.

Il en naitra un opus que tout le monde voudra être l’album de la maturité. Mais ce ne sera ni un opus, ni l’album de la maturité, ce sera le 5ème album d’Elmer Food Beat.

***

Ce 5ème album, qui amènera surement le suivant, est là parce qu’avant lui d’autres disques ont jalonné l’histoire d’Elmer Food Beat. Ce qui nous laisse à penser qu’il nous reste encore et encore quelques belles années devant vous…

2013 - « Les rois du bord de mer »

Depuis quelques temps déjà cela était devenu une évidence, il fallait que l’on fasse un nouvel album. Excités comme des pucelles avant le bal des débutantes nous sommes retournés à nos pupitres et écritoires pour préparer cette petite affaire qui ne fut pas une mince affaire.
Nous avons fait appel à Matthieu Ballet pour la réalisation et le mixage de ce disque dans les marais salants de Beauvoir sur mer. Encore une bien belle rencontre, Matthieu, pas les marais. Résultat, un superbe album de chansons pop.
Et c’est le 13 novembre 2013 qu’il s’est retrouvé dans les bacs distribué par « L ‘Autre Distribution ». Avec deux titres phares « Pamela » et « Electroménager » mis en images par Charlie Mars.

Ce disque a pleinement contribué à notre belle année 2014 : 50 concerts, 60 000 personnes convaincues, 30 000 kilomètres parcourus, 1 500 casquettes et 5 000 disques vendus, 3 600 bières bues (ce qui, somme toute, n’est pas énorme). Ce qui fait une moyenne de 1 200 personnes par concert, 600 kms par date, deux personnes au km, une casquette pour 40 personnes, un disque tous les 6 kms et une bière pour 16,66666 personnes (ce qui prouve que ce n’est vraiment pas énorme)…

***

2010 - « 25cm »

Comme disait Twistos depuis notre retour, « nous ne sommes pas le musée Grévin ». Il nous fallait donc faire de nouvelles chansons, remettre le pied à l’étrier et reprendre le chemin des studios tel l’écolier modèle début septembre.
Il en est né « un petit six titres bien modeste » (d’où le nom) mais Collector. Sorti en décembre 2010 à 1 500 exemplaires en CD et vinyle, il s’est vendu en concert. Aujourd’hui il ne nous en reste plus (Collector on vous dit). Il ne paie pas de mine, mais il y a deux, trois titres dessus qui valent bien leur pesant de cacahuètes.

C’est en 2001 et notre reformation avec le Grand Lolo (tout droit venu de Los Angeles) à la place de Kelu, pour les concerts événements des 20 ans d’EV (groupe nantais celto-finnois) que tout à re-commencé.
L’ouverture du Zénith de Nantes fin 2006 et les festivals de Bobital, Poupet et Couvre feu en 2007 nous ont définitivement remis sur les routes de France, de Vendée et de Belgique avec nos succès d’hier et d’aujourd’hui, avec un son quelque peu différent eu égard aux deux amplis Marshall du Grand Lolo (qui sont souvent à 11) et avec la même énergie généreuse et sautillante qui nous caractérise.

Et hop, c’était reparti ! L’envie et le plaisir étaient à nouveau là.…

***

1992 - « La vie n’est pas une opérette »

Sorti le 21 octobre 1992, c’est un superbe album pop-rock (le slip kangourou en moins) qui vit le jour. Un disque grâce auquel nous sommes allés (hé oui Madame !) à Londres et aux Etats-Unis d’Amérique. Nous avons joué dans le légendaire CBGB à New York chez les Ramones. Excusez du peu…
Il s’est vendu à 25 000 exemplaires, la tournée fut à moitié remplie. La direction artistique choisie a sans doute un peu déstabilisé notre public. Aux vues des courbes de ventes en chute libre, les gens de chez Polydor ne nous vouvoyaient plus, ne nous voyaient plus. Ca rigolait moins chez les Elmer (d’où le titre de l’album).

Comme tout ceci faisait suite à la liquidation judiciaire du label Off The Track et à sa reprise par quelqu’un dont ce n’était pas le métier, l’enthousiasme des débuts perdait un peu de sa superbe. La dure réalité des cabinets d’avocats venait de nous remettre les pieds sur terre. Et hop, c’était fini ! L’envie et le plaisir n’étaient plus là.

On se sépare après cinq dernières dates en été 1993…

***

1991 - « Je vais encore dormir tout seul ce soir… Et je vais encore le regretter »

Ce disque fut mis en place dans les bacs le 12 juin 1991 à 220 000 exemplaires, dans la dynamique du 30cm que nous n’avions pas fini d’exploiter. Avec quelques vieux titres que nous n’avions pas pu mettre sur nos enregistrements précédents. Avec plus de 150 concerts par an et notre public toujours aussi nombreux et exalté.
Nous sommes une petite équipe de 13 personnes sur la route avec Bock aux manettes, notre régisseur depuis le début.
Nous avons commencé à prendre l’avion pour aller vers d’autres contrées (autres que la Belgique, la Suisse et la Vendée). Le Québec et le Canada, l’ile de la Réunion et les cocktails onéreux, l’Equateur et la place San Francisco de Quito, l’Italie et des images dont Twistos est très fier.
C’est pour le clip du premier single « Je vais encore dormir tout seul ce soir… » que nous avons rencontré Jo Pinto Maïa. Nous ferons tous nos clips avec lui. Pourtant rennais, Il riait à nos conneries et nous faisait bien rire aussi. Il savait nous mettre en valeur en nous déguisant et maquillant ridiculement. Avec lui la vedette c’était toujours Kalou… En fille…
C’est avec lui, bien sûr, que nous avons tourné en Ecosse le clip le plus cher de l’histoire du Rock Français « Les traversées sont solitaires ». Une super production, un péplum… Enorme, ce fut énorme, notre rencontre avec les Wallace (Highlander), Wonder Woman, le Whisky Ecossais, une aurore boréale, des paysages sublimes et des châteaux en ruine. Et Kalou en sirène…

***

1990 - « 30cm »

Notre premier album, sorti le 24 avril 1990, est très vite devenu culte et incontournable. Avec les tubes à succès (ou l’inverse) que sont « Daniela », « Le Plastique C’est Fantastique » (utilisé par le ministère de la santé pour une campagne de prévention dans les campus sur le port du préservatif) et des chansons topables telles que « La Caissière de Chez Leclerc », « Couroucoucou Roploplo » et « La Complainte du Laboureur »…
A l’intérieur il y a des dessins d’Eric Sagot, ce sera le début d’une longue et complice collaboration. C’est la deuxième fois qu’on utilise une photo de Richard Bellia.
Produit par Eric Chauvière (tiens, encore lui…), il sera signé en licence par Peter Murray de Off The Track et distribué par Polydor. La signature se fera entre deux bières au bar de la Trinquette, où nous jouions dans le cadre des Apéros-Trans des Transmusicales de Rennes.

Lorsque nous sommes entrés dans le Top 50, Marc Toesca, n’avait pas de clip à diffuser alors il présentait la pochette du vinyle. Très vite Peter a acheté des images Live tournées au cours d’un reportage (pour le journal de TF1) au Parc des Dryades de La Baule pour en faire un montage sur Daniela. Nous avions enfin notre premier clip. Nous avons appris que nous étions disque d’or (100 000 exemplaires vendus) sur le tournage de « L’âge de plastique » réalisé par Jan Kounen en septembre 90. Nous avons reçu chacun notre double disque d’or à l’Olympia (après un concert à guichet fermé) en décembre de la même année. Et nous recevions les Victoires de la Musique pour le groupe de l’année 1990 en février 91.

On a arrêté de compter à 650 000 exemplaires vendus et il se vend toujours.

***

1988 - Le maxi 45 Tours « Elmer Food Beat »

Un autoproduit, 4 titres, enregistré en 1988 au studio Arpège chez l’excellent Eric Chauvière (producteur et ingé-son historique sur Nantes et les environs). Il y a les premières versions de « Daniela » et « La Caissière De Chez Leclerc », la seule version studio de « Est Ce Que Tu La Sens ? » et un inédit « Roméo sur Juliette ».
C’était l’époque du vinyle et de la K7. Il s’est vendu à 6 000 exemplaires à la sortie des concerts et a été distribué par « New Rose ».
A l’intérieur il y a nos fameux autocollants « pipi » « caca » qui ont bien fait parler d’eux et de nous. Ces autocollants étaient notre outil de promotion. Nous en collions partout pour souhaiter un bon pipi et un bon caca aux gens qui trouvaient l’intention généreuse et sympathique. D’autant, qu’à l’époque, les toilettes n’étaient pas encore un espace de communication.

Nous avons donc marqué notre territoire et les esprits…

Nous créons notre Asso pour gérer notre petite boutique et nos tournées : la MRM avec Patrick Bonnet au management (c’est vous dire si ça devenait important).
Pats devient notre sonorisateur de façade pour les concerts et est remplacé par Kelu à la guitare. Kalou va bientôt remplacer Alain à la basse.
C’est cette même année où nous organisons pour la première fois « Les Rockeurs Ont du Cœur ». Un concert caritatif où nous récoltons des jouets pour les enfants défavorisés.

***

Aujourd’hui plus personne n’ignore que nous sommes nés le 21 juin 1986. La France venait de battre le Brésil en ¼ de finale de la coupe du monde de Football. Nous n’avons joué que 5 ou 6 morceaux, mais c’était notre première apparition en public, sous le signe du soleil, sous le signe du Brésil, sous le signe de la fête, sous le signe de la fête de la bière…

Des cerveaux malades de Vincent, Pats, Twistos, Manou et Alain est sortie l’idée d’Elmer Food Beat au cours de soirées joyeuses et énergiques autour de quelques boissons pétillantes et rafraîchissantes à Piriac-sur-Mer (charmante petite bourgade de caractère dans la presqu’ile de Guérande).
Le concept d’abord, car Elmer Food Beat est un concept : jouer dans les bars, l’été, sur la côte, en caleçon et tenue de plage pour séduire les filles et boire des bières gratos.
Le nom ensuite, qui fait référence à Elmer Fudd, le chasseur de Bugs Bunny et Daffy Duck (que l’on a rebaptisé Elmer Food, parce que Elmer Food Beat ça sonne mieux que Elmer Fudd Beat).

Nous étions jeunes et larges d’épaule, nos cerveaux n’étaient pas encore tout à fait finis, mais nos corps eux, oui… ils exultaient d’enthousiasme et d’envie…


Début de l’histoire ...

 
   
     
WAG mentions legales